Interview de Gregory Ashe, La cible du tueur

Interview de Gregory Ashe, La cible du tueur

Pourquoi avoir choisi de mêler un médium à une enquête ?

Mon processus d’écriture varie d’un roman à l’autre, dans ce cas précis, le personnage de Vie m’est venu en premier, avec son don qu’il ne contrôle pas, qui lui permet de voir les pires moments dans la vie d’une personne. En d’autres termes, son intuition pour distinguer les traumatismes chez les autres, qui font échos aux siens. Une fois son personnage créé, le reste m’est venu naturellement. Écrire un roman policier avec un aspect surnaturel et paranormal est déjà difficile, à la base, mais rajouter un médium complexifie la chose, car ça demande au lecteur d’accepter quelques invraisemblances. La première, que les médiums existent et la deuxième, qu’ils ne peuvent pas juste lire dans les pensées de tout le monde autour d’eux pour trouver le tueur. J’ai dû faire une sorte de tour de magie afin d’empêcher Vie de trouver le tueur trop tôt dans le récit. Au fur et à mesure des tomes c’est devenu de plus en plus difficile et j’ai dû trouver de nouveaux moyens d’empêcher l’aspect du médium de ruiner les enquêtes.

 

Crois-tu au surnaturel ?

Pour ce qui touche au surnaturel et concernant toutes les questions métaphysiques, je dirais que je suis agnostique. J’ai grandi dans une famille très religieuse et j’ai conscience que, pour beaucoup, la religion est une croyance au surnaturel. En grandissant et en m’éloignant de ces croyances, j’ai commencé à me montrer sceptique vis-à-vis des phénomènes surnaturels. Je ne veux pas fermer la porte au dialogue, mais je penche plus du côté du scepticisme que de la foi. Cela dit, j’adore les histoires paranormales et surnaturelles. J’ai une autre série paranormale policière (pas encore traduite en français), qui a pour titre The DuPage Parish Mysteries  qui suit des chasseurs de monstres à La Nouvelle-Orléans et j’adorerais écrire une série d’urban fantasy, un jour.

 

Si tu devais avoir un pouvoir, lequel ce serait ?

Hmmm, en voilà une question difficile ! Quand j’étais enfant, mon X-Man préféré était le professeur X et je voulais être télépathe, comme lui (ce qui explique mon attrait pour les médiums). Je ne pense pas que ça soit encore le cas aujourd’hui, j’ai déjà bien assez de mal à garder mes pensées sous contrôle, alors rajouter celles des autres en plus ! Le don de guérir les gens serait génial, peut-être parce que le COVID a changé ma vision des choses, j’ai bien plus conscience des souffrances mentales et physiques des personnes autour de moi. Et, bien sûr, j’adorerais pouvoir me téléporter, il y a tellement d’endroits où j’aimerais aller, et puis c’est un sérieux avantage dans un combat (j’adore aussi Diablo – des X-Men – ! ).

Merci beaucoup d’avoir pris le temps de m’interviewer !


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.