Interview de Lee Welch, Le lord, le magicien et la malédiction

Interview de Lee Welch, Le lord, le magicien et la malédiction

  1. Quel est votre conte de fées préféré ?

 

**Rires** C’est comme si vous me demandiez de choisir un livre préféré… c’est impossible ! Je pourrais en citer une centaine ! 

 

Mais j’ai un faible pour l’histoire du Prince Lindworm. Vous la connaissez ? 

 

Ça parle d’une reine qui est triste parce qu’elle n’a pas d’enfants. Une sorcière l’entend pleurer et lui donne deux fruits. Chacun va devenir un enfant, mais la reine doit éplucher les sept couches de peau des fruits avant de les manger. Elle épluche le premier fruit en faisant très attention, puis elle le mange. Il est si délicieux qu’elle avale le deuxième fruit sans l’éplucher. Neuf mois plus tard, elle accouche de deux enfants ; l’un d’eux est un beau prince aux cheveux blonds, et l’autre un terrible monstre couvert d’écailles et ressemblant à un serpent, appelé le Lindworm. 

 

Je n’ai pas la place de raconter toute l’histoire ici, mais c’est une combinaison parfaite de bravoure, d’intelligence, de magie et de brillante logique de conte de fées. Et ça se finit bien, ce que j’adore. 

 

 

  1. Pouvez-vous nous expliquer comment vous avez construit ce livre, et quelles sont les spécificités lorsqu’on écrit une réécriture de conte ?

 

Je pense que les auteurs doivent approcher les réécritures de contes avec beaucoup de finesse, tout en étant impitoyables. 

 

Les contes de fées sont une forme d’art très minutieuse. Ils ont été taillés jusqu’à ce qu’il n’en reste que l’essence, et ils ont leur propre schéma et leur propre logique. J’aime les réécritures qui ont préservé le pouvoir et la magie viscéraux du conte original, tout en le renversant, le découpant, et en lui donnant une toute nouvelle valeur et une nouvelle signification. 

 

Mon livre (Le Lord, le magicien et la malédiction) n’est pas une vraie réécriture, mais il joue avec les éléments familiers du conte de fées d’une manière qui, je l’espère, est restée fidèle à l’esprit des histoires traditionnelles, tout en les subvertissant de manière intéressante. 

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés