Interview de Nadège Margaud, Les amants des Pierres Levées

Interview de Nadège Margaud, Les amants des Pierres Levées

Ton dieu celte préféré ?

La panoplie des dieux celtes est très vaste, c’est sûr ! Dans ma saga, Les Amants des Pierres Levées, si les dieux ont conçu le monde et le régissent, c’est surtout afin de créer un système de magie qui m’intéressait. Notamment, pour le peuple de Mabh, je me suis appuyée sur la magie druidique, par l’intermédiaire de la druidesse Tarlog. Son pouvoir repose sur une ultrasensibilité, une clairvoyance vis-à-vis des plantes, des êtres vivants, des humains, et aussi tout ce qui touche à l’invisible. C’est à partir de là qu’elle tire l’essence de sa magie et qu’elle est capable de produire de sacrés miracles tout au long de la saga !

Chaque peuple possède ainsi une magie qui, même si elle descend des dieux, s’exprime de manière originale et individuelle. Les dieux sont donc présents, mais lointains. Les personnages seuls, avec ou sans pouvoir, décident de leur chemin et affrontent leur destinée.

 

Qu’est-ce qui t’inspire ?

Tout ! Les gens, la nature, la musique, l’Histoire en général. Il ne me faut pas grand-chose pour me poser la question « Et si ? ». Cela me donne un univers créatif varié et riche que je peux exploiter indéfiniment (à condition d’en avoir le temps !).

 

Pourquoi avoir construit un univers qui mélange autant de cultures ?

Et pourquoi pas ? J’aime l’Histoire et j’aime les possibilités qu’elle n’a pas pu s’offrir.

Celtes, Sioux et Samouraïs sont des cultures très riches, qui ouvrent un imaginaire vaste et puissant. A priori, ils ne sont pas rencontrés en vrai. Les mettre en rapport, c’était s’immerger dans des cultures variées avec leurs originalités.

Et, surtout, venait la question sous-jacente : des peuples aussi différents peuvent-ils s’entendre ? Vivre ensemble ? S’aimer ? Mettre de côté leurs peurs et préjugés et s’ouvrir à leur curiosité ?

Chacune de mes héroïnes, Mabh, Megumi et Ehawee vont se confronter à ce choix. Cela leur permet de se révéler elles-mêmes tout en élargissant leur horizon et en se créant de nouvelles possibilités d’avenir. C’est une sorte d’utopie, au fond, qui peut avoir quelques échos dans notre vie actuelle. 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.