Interview : Jade River

Interview : Jade River

Pouvez-vous vous présenter en deux lignes ?

Jade, 25 ans (hors taxes), verseau, étudiante en seconde année de master de Lettres modernes, fleur bleue, bordélique, esclave du sommeil, passionnée de sciences humaines et accro depuis peu au cappuccino !

Comment vous est venue l’envie d’écrire ?

L’envie d’écrire est venue sur la pointe des pieds et s’est installée si discrètement que je ne saurais dater précisément mes premiers écrits. Je pense que le fait d’inventer des histoires a toujours fait partie de moi ! J’adore lire depuis l’enfance, alors, naturellement, j’ai essayé d’écrire et je continuerai d’essayer toute ma vie… ! 😉

Pouvez-vous décrire Éclat de jour en trois mots ?

Irlande, Romance, Frisson !

Pourquoi avoir choisi le folklore irlandais comme décor pour Éclat de jour ?

J’ai toujours été fascinée par la fête d’Halloween et par les histoires du type Chair de Poule. Je me suis beaucoup nourrie de mes recherches personnelles sur les origines de Jack O’Lantern et des cavaliers sans tête… entre autres ! L’Irlande est une terre de légendes, une terre d’Histoire et d’histoires. Planter mon décor dans ce pays merveilleux s’est imposé comme une évidence !

D'où avez-vous puisé votre inspiration pour ce roman ?

Sleepy Hollow et les films Ghibli (oui, drôle de mélange !). Sleepy Hollow reste l’une des meilleures histoires horrifiques que j’ai pu voir. Elle ne provoque pas une peur profonde, selon moi, mais un délicieux frisson, car ses éléments morbides sont dosés avec brio et s’assemblent autour d’un mystère bien ficelé ! C’est ce film qui a sans doute le plus couvé mon histoire, au moins autant que l’univers Ghibli. Les films de Miyazaki m’ont fait vibrer grâce à leurs musiques et surtout grâce au rapport de leurs personnages avec le vivant.

Est-ce que le processus d'écriture change entre une romance contemporaine et une romance onirique ?

Oui, dans une romance contemporaine, j’ai toujours l’impression d’avoir moins de choses palpitantes à raconter. Nous suivons, après tout, la vie quotidienne dans tout ce qu’elle peut avoir de « banal », à travers des tranches de vie. Présenter la banalité, la vacuité, et la rendre intéressante, ça demande un véritable travail sur la matière et une réflexion philosophico-poétique sur ce qui rend la vie spéciale. La romance onirique est rythmée par des éléments merveilleux qui investissent le quotidien souvent déjà bien agité et hors normes des personnages. L’effort de réflexion n’en est pas amoindri, mais il s’oriente sur des choses très différentes et vient davantage puiser dans mes réserves créatives qu’existentielles.

 

****************************************************

Quand un Cavalier sans tête menace les terres qu’elle protège, Carolinka n’a d’autre choix que de mener l’enquête.

Carolinka est une Gardienne dont le rôle est de protéger l'une des cinq Portes d'Irlande menant au Sidhe, le royaume caché des dieux. Élevée dans ce seul but, elle rêve pourtant de liberté, de voyages et d’une vie auprès des humains. Lorsque l'une de ses amies est assassinée par un Cavalier sans tête, un spectre né de la haine et du désir de vengeance, Carolinka décide de mener l'enquête pour découvrir comment une telle abomination a pu franchir ses terres.

Alors que la sécurité de la Porte est en danger et que les mystères s’accumulent, voilà que l'arrivée d'un étrange jeune homme, qui semble en savoir bien plus long qu'elle sur le sujet, bouscule son univers. Comment garder la tête froide dans ces conditions ?

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés