Interview : Hope Tiefenbrunner

Interview : Hope Tiefenbrunner

1/ Pouvez-vous décrire en quelques mots votre parcours ?

 J'ai commencé à écrire assez jeune, fait une pause avant de m'y remettre et de découvrir la fanfiction, milieu dans lequel j'ai évolué pendant plusieurs années avant de revenir à l'écriture d'histoires originales.

 2/ Qu'est-ce qui vous fait craquer à coup sûr chez un héros ?

 J’ai un gros faible pour les héros qui ont un sale caractère et qui râlent beaucoup. C’est un peu le genre de héros que j’ai tendance à écrire d’ailleurs. Ceux qui manient l’ironie et ont tendance à taper sur les nerfs des autres mais qui se révèlent au fil des pages. C’est le genre de héros qui va rentrer dans le lard de son « love interest » et ça… à tous les coups, ça m’attrape.

3/ Quelle est votre manie de lecture ?

Lire la fin avant d’arriver au bout ! Je le fais souvent quand la tension dans le livre est trop grande et que j’ai besoin de savoir ce qu’il va se passer. Je n’ai absolument aucune patience et me spoiler ne me pose pas de problème. Je ne dis pas que ça ne m’a jamais gâché une lecture mais la plupart du temps, ça me permet de lire plus sereinement.

Oh, et je corne les pages des livres :p !

4/ Si vous deviez conseiller votre livre à nos lecteurs, que diriez-vous ?

J’ai pensé cette histoire comme une histoire doudou à lire pour Noël. J’avais vraiment envie de l’inscrire dans cette veine-là : une chouette romance qu’on lit sur son canapé, sous le plaid avec un thé bien chaud (ou toute autre boisson adaptée, hein !). Je voulais des personnages attachants et normaux, de ceux qu’on peut croiser au coin de la rue. J’avais aussi envie de jouer un peu avec les clichés, en les remaniant à ma sauce.

Et puis, qui ne voudrait pas, en cette période, d’une histoire qui vous parle d’amour et de chocolat 😊 !

5/ Qu'est-ce qui vous a inspirée pour l'écriture de ce livre ?

Ça faisait un moment que j’avais envie d’écrire une histoire de Noël, cet appel à textes est donc tombé à pic. J’avais envie d’écrire un héros qui soit différent de ce que j’écris ou de ce que je lis d’habitude et j’avais envie de diversité parmi les personnages, d’où David et ses petits kilos en trop et la troupe de la chocolaterie qui est assez hétéroclite. J’ai choisi la chocolaterie parce que dans mon esprit, qui dit romance de Noël, dit plaid, chocolat, douceur (et puis j’ai toujours eu un faible pour mélanger nourriture et histoire d’amour !).

6/ Quel est votre moment préféré à Noël ?

Le moment de faire le sapin et de décorer la maison, c’est un moment de partage avec mon fiston et c’est aussi l’ouverture « officielle » de la saison. Nous faisons généralement ça la première semaine de décembre.

J’adore aussi quand il commence à faire froid et que je sors du travail et que la ville est décorée. Il y a cette excitation de début des fêtes qui me donne le sourire à coup sûr.

****************************************************

La magie de Noël.
David n’y croit pas, pas plus qu’il ne croit qu’il pourrait se passer quelque chose entre lui et Nathan, qui travaille dans sa chocolaterie. Autant espérer croiser un lutin ! Après tout, Nathan est en couple et ne sort qu’avec des top models, pas vraiment la catégorie dans laquelle concourt David.
Lorsque Séraphine, sa meilleure amie, l’incite à écrire Nathan sur sa liste de Noël, David ne le fait que pour l’humour. Tout le monde sait que le père Noël n’existe pas et qu’il ne dépose pas les cadeaux au pied du sapin, même quand on a été très sage !
La magie de Noël n’existe pas.
Mais ça... c’est lui qui le dit !


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés