Interview Sonia Miot

Interview Sonia Miot

1/ Les aventures de Bastien et Morgan se terminent, que ressentez-vous ? 

Un énorme pincement au cœur. Ils me manquent déjà. Bastien a rythmé mon quotidien pendant plusieurs années et le laisser partir me serre le cœur. J’ai du mal à me dire que je ne raconterai plus ses aventures. C’était mon refuge, bien au-delà de tous mes autres personnages.  

 

2/ Y a-t-il un personnage que vous appréciez plus que les autres dans votre roman ? 

Ce n’est plus un secret, Bastien surpasse tous les autres. Je ne l’ai pas fabriqué pour plaire ou en faire quoi que ce soit au départ. J’avais juste besoin de m’exprimer, c’est lui qui est venu à moi. Comme s’il était la représentation de mes sentiments à ce moment-là. Des sentiments que je ne pouvais pas montrer clairement.  

 

3/ Et du coup, qu'est-ce qui vous fait craquer à coup sûr chez un héros ? 

Contrairement à beaucoup de monde, j’adore la souffritude. Un héros écorché, bagarreur, rebelle, ça me fait craquer à coup sûr ! Je suis un cliché et je l’assume à 200 % !  

 

4/ Et si vous nous disiez comment vous est venue l'idée de ce roman ? 

C’était un matin en mars. J’étais sur la route, il faisait beau et j’écoutais « Faded », la version de Conor Maynard. La veille, j’avais créé un couple gay dans les Sims, le gars friqué et le mec en dehors des règles. Et puis, perdue dans mes pensées sur la route, j’ai vu Baba. Je ne savais pas du tout où j’irais avec cette histoire. Il n’y avait même pas d’histoire d’ailleurs. Juste ce personnage charismatique et Morgan, l’avocat friqué. Après ça, je me suis éclatée ! Je n’ai plus arrêté d’écrire.  

 

5/ Est-ce que l'histoire a connu des bouleversements imprévus au cours de son écriture ? 

Au départ, Baba était beaucoup plus vulgaire et trash. J’ai dû le rendre un peu plus doux pour l’édition et qu’il trouve son public. J’ai fait énormément de réécritures. C’était mon tout premier roman, je ne savais vraiment pas où je mettais les pieds. Je n’y connaissais rien du tout et je ne savais pas écrire non plus. J’ai progressé avec le roman. Il n’est toujours pas parfait, mais il a le mérite de sortir de mes tripes et j’en suis super fière.  

 

6/ Qu’aimeriez-vous dire à vos lecteurs ? 

Juste, merci. Ils y ont cru avant moi. Je ne m’attendais pas à avoir autant d’amour de leur part pour Bastien. Certains lui ont même fait des poèmes. C’est dingue ! C’est une aventure de malade. J’ai reçu énormément d’amour autour de ce roman. Évidemment, avec un parti pris aussi fort que le caractère de Bastien, il a aussi provoqué pas mal de critiques, mais au moins, il ne laisse pas indifférent. Merci d’y avoir cru avec moi, merci pour tout.  

****************************************************


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés