Portrait #1 - l'éditrice Angélique Romain

Portrait #1 - l'éditrice Angélique Romain

Je m’appelle Angélique, j’ai 28 ans, et je suis éditrice depuis environ six ans. J’ai intégré l’équipe des éditions Bookmark un peu par hasard, à la fin de l’année 2017. À l’époque, en parallèle de mon métier d’éditrice, je faisais partie du comité de lecture des éditions Bookmark. En 2017, la collection Infinity commençait à prendre de l’ampleur, et la maison recherchait quelqu’un pour prendre en charge la coordination et seconder Cécile, la directrice de collection. C’est là que je suis entrée en jeu ! Au fil des années, j’ai également pris en charge la collection Teen Spirit, peu après son lancement, et depuis peu la coordination d’une toute nouvelle collection top secret, qui verra le jour en 2022.

 

 

Mon rôle au quotidien, d’une manière générale, c’est de veiller au bon fonctionnement des trois collections qui me sont confiées. Je m’occupe donc de monter et gérer les plannings de publication, mais aussi ceux de tou•te•s les prestataires qui travaillent avec nous (traducteur•rice•s, relecteur•rice•s et correcteur•rice•s). Je gère les budgets qui me sont confiés chaque mois pour chacune des collections, coordonne tous nos collaborateur•rice•s, ou encore m’occupe des contrats de publication, de traduction, etc. Je suis aussi l’interlocutrice principale des auteur•rice•s, notamment francophones. Souvent, c’est moi qui effectue les relectures éditoriales de leurs textes, et plus largement, je les accompagne au quotidien dans tout le processus d’édition, mais aussi autant que possible dans les démarches administratives. Je travaille également de concert avec Cécile avec les agences internationales qui s’occupent de certains de nos auteur•rice•s anglophones, je l’aide à préparer les documents nécessaires à la création des superbes couvertures dont elle et Mélody, directrice de la maison, ont le secret (rassurez-vous, moi aussi je suis victime de ces couvertures qui me poussent à l’achat compulsif !).

 

Bref, vous l’aurez compris, être éditrice et coordinatrice éditoriale, c’est être multitâche ! L’avantage, c’est qu’aucune journée ne ressemble à la précédente, et même si je passe une bonne partie de mon temps à répondre à des mails, c’est vraiment intéressant et stimulant au quotidien. L’étape que je préfère, c’est celle de la relecture éditoriale. L’exercice est assez différent selon si on travaille sur un texte d’un•e auteur•rice francophone ou une traduction, mais c’est toujours intéressant. Lorsqu’on travaille sur un texte francophone avec son auteur•rice, on peut intervenir sur plein de choses : il faut certes corriger les erreurs de langue ou les phrases bancales, mais il faut également s’intéresser au fond. On traque les incohérences, les longueurs, les facilités de scénario, les passages qui ne vont pas. Le texte devient presque une matière malléable qu’il faut pétrir avec l’auteur•rice, et très souvent, ces échanges sont très enrichissants, on a vraiment l’impression de participer à notre échelle à cet acte de création. Et puis, c’est aussi l’occasion d’avoir des interactions plus poussées avec nos auteur•rice•s, d’apprendre à mieux les connaître, et de leur glisser des petites blagues dans les commentaires. Avec un texte en anglais, ce n’est pas tout à fait la même manière de procéder. En effet, on n’intervient pas sur le fond du texte, puisque ce travail a déjà été effectué par l’éditeur•rice en VO. Il arrive parfois qu’on détecte une petite incohérence, auquel cas on contacte l’auteur•rice pour avoir des précisions, mais sur cet aspect, notre rôle s’arrête là. On se concentre davantage sur la qualité de la traduction, le respect du texte d’origine, le style, la fluidité. J’aime lire en anglais, alors cet exercice me plaît beaucoup également. On est vraiment dans la recherche du bon terme pour retranscrire une idée, du bon jeu de mots pour traduire une blague du texte VO. C’est presque un travail de fouille, de longs échanges avec le•la traducteur•rice, parce qu’on se creuse les méninges pour parfois un seul mot.

 

 

En tout cas, lors de ces presque quatre années au sein des éditions Bookmark, j’ai fait beaucoup de belles rencontres, à la fois humaines et littéraires. Et mes plus beaux souvenirs, ils sont tous lors de salons ou rencontres, avec nos auteur•rice•s et nos lecteur•rice•s. Il y a eu évidemment le salon du Livre de Paris en 2019, mon premier salon avec l’équipe. Le plaisir de pouvoir passer quelques instants avec nos auteur•rice•s, avec lesquels on communique virtuellement toute l’année. Et puis aussi, le bonheur de vous rencontrer vous, lecteur•rice•s, avec tous vos mots super mignons qui nous motivent, et de pouvoir vous conseiller tous mes coups de cœur. Mais deux événements me reviennent en tête, plus particulièrement. Le premier, c’est le RARE à Paris, en avril 2019. Je participais à ce salon pour la première fois, mais c’était vraiment une super journée. L’ambiance y était beaucoup plus posée qu’en salon traditionnel, il y avait plein d’auteur•rice•s géniaux, et puis c’était aussi pour nous l’occasion de voir certains de nos auteur•rice•s étranger•ère•s qu’on voit trop rarement (Jane Washington, Kristen Ashley, Ilona Andrews, Mariana Zapata, Roan Parrish, Devney Perry, et j’en oublie peut-être). On a vraiment passé un superbe moment, et j’ai pu passer une partie de la journée avec Candice Ulrik et Rohan Lockhart, que j’ai pu là encore apprendre à mieux connaître. Une très belle édition du RARE nous attend encore à Paris en 2022, avec beaucoup de nos auteur•rice•s présent•e•s, et je crois que je ne pourrais pas être plus impatiente !

Le second événement, qui a là encore été génial, c’était la rencontre avec T Gephart à Paris, en septembre 2019. Elle et sa fille y étaient en visite quelques jours, et nous avions organisé une petite séance de dédicace dans la librairie À Livr’Ouvert, dans le 11e. Les deux libraires étaient vraiment au top et nous ont accueilli•e•s avec toute la chaleur et la gentillesse dont elles ont le secret. Les lecteur•rice•s étaient au rendez-vous, Tina nous a fait passer à tous un excellent moment, et la soirée qui a suivi au restaurant, avec quelques lecteur•rice•s tiré•e•s au sort, a clos cette journée d’une très belle manière. Mes maigres talents d’interprète, avec mon accent à couper au couteau, ont été mis à rude épreuve, mais ça a été une jolie bulle pendant quelques heures, et j’en garde un excellent souvenir.

 

Quelle meilleure manière, à présent, de clôturer ce portrait qu’en vous parlant de mes coups de cœur Bookmark ? Préparez-vous, la liste est longue !

En imaginaire, j’aime beaucoup l’originalité de l’univers et des sujets abordés dans La Meute Weston, par Dannika Dark. Pour n’en citer que quelques autres, je suis évidemment fan d’Ivy Wilde et de l’humour décapant de son chat Brutus ; de Loren Ascott, notamment pour le sarcasme subtil et bien dosé de Florence Cochet ; ou encore d’Éclat de jour, un très beau standalone de Jade River, avec une mythologie très originale et une plume si poétique ! Et comme beaucoup, j’ai craqué pour Fallen Academy, de Leia Stone, chez Teen Spirit. Difficile de résister à Lincoln !

En romance contemporaine, je dois vous l’avouer, je multiplie les infidélités et les book boyfriends. Trop de tentations ! Si vous aimez les histoires drôles et légères, je ne peux que vous conseiller la géniale série Couple improbable de T Gephart, avec ses héros farfelus et si attachants. Gros coup de cœur également pour Rythme, accord et Malykhin de Mariana Zapata, un slow-burn qui m’a fait à de nombreuses reprises éclater de rire, sous l’œil perplexe de ma moitié qui ne se rendait pas compte que Sacha Malykhin réveillait mes pires instincts de groupie. On peut également citer parmi mes coups de cœur Les Frères Lucas de Jordan Marie, ou encore Que le meilleur gagne, de R.S. Grey, qui est sans doute l’un des meilleurs ennemies-to-lovers que j’aie lu. Et si, comme moi, vous adorez vous faire du mal avec des drames et des personnages au lourd passif et torturés, foncez lire la duologie Ennemis et amants de Monica James. J’ai découvert cette autrice avec cette série incroyable, sorte de réécriture de Roméo et Juliette qui vous prend aux tripes et vous fait vider votre stock de mouchoirs. Depuis, je suis assidûment chacune de ses parutions (et je vais faire les yeux doux à notre directrice de collection pour qu’elle acquière les droits de mes livres préférés). Un drame un peu plus « léger », mais qui ne m’a pas épargnée non plus : Love Online, de Penelope Ward. J’ai adoré l’originalité de l’élément qui fait que les deux héros se « rencontrent », leur histoire m’a bouleversée.

 

 

Je découvre aussi petit à petit le MM, un genre que je connais moins, mais qui me réserve de belles surprises. J’ai comme beaucoup succombé à la plume incroyable de Lily Haime et à ses personnages toujours si puissants. Ma prochaine lecture, ce sera Qui est vraiment Remy Cameron ? de Julian Winters, chez Teen Spirit. Cette histoire a l’air incroyablement touchante, et je dois reconnaître que le petit beagle trop mignon sur la couverture m’influence un peu.

Impossible malheureusement de vous parler de tous mes coups de cœur, de nouveaux s’ajoutent chaque jour, et avec le programme qu’on vous réserve pour 2022, la liste risque de littéralement exploser !

On se retrouve bientôt, au détour d’un livre Bookmark ;)


1 commentaire


  • Steph846

    Enchantée Angélique, effectivement que de travail. Je vous souhaite qu’il soit et reste passion. Au plaisir de découvrir votre travail au travers des livres. :)


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés